Les secrets

Secret n° 16

Les faits que je vous rapporte ici se sont déroulés hier. Je ne pouvais pas garder le secret plus longtemps ! 🤭 Bonne lecture !

Cette journée avait commencé si sereinement… La fin de l’année est de plus en plus proche, je me dis chaque matin en arrivant au collège que la charge de travail va s’alléger, que le stress va diminuer, que tout va bien se passer…pas aujourd’hui ! Le soleil est bien au rendez-vous mais ne nous baigne pas de ses rayons de joie. Vous allez vite le constater, on ne s’ennuie vraiment pas dans cet établissement ! 😄😄

J’arrive au collège avec le sourire (en plus je suis sans cheffes aujourd’hui) et la matinée se déroule presque comme prévu mais tranquillement. Je pense déjà à ce soir, j’envisage d’écrire pour le blog notamment, et je me surprends à penser à cet été. Je suis vite tirée de mes pensées, je dois recevoir une famille dans mon bureau. Pendant que je régularise la situation de la famille en face de moi, un professeur entre dans le bureau et m’annonce que l’une de ses collègues a fait un malaise en pleine salle de cours et qu’elle a été déplacée en salle des profs. Pas de cheffes, pas d’infirmière. Je me dis « Bon, je vais devoir gérer ça toute seule car je suis certaine que je ne pourrai compter ni sur la Bourrique ni sur le Bouillon [seuls cadres présents dans l’établissement] ! »

Mais pourquoi donc ? Car la Bourrique ne sait pas gérer des situations comme celle-ci et le Bouillon est enfermé très loin et très haut dans sa tour d’ivoire. Je prends mes clés, mon téléphone, mon courage à deux mains et sort du bureau (après avoir demandé à la Bourrique de venir avec moi (« s’il-vous-plaît ») voir ce qui se passait). Le constat est terrifiant. L’enseignante en question est encore consciente mais est un vrai poids mort, elle ne tient pas debout, ne tient pas assise et n’arrête pas de vomir. Cette enseignante étant sujette aux malaises en raison d’un traitement médicamenteux assez lourd, je contacte directement le SAMU et explique la situation à l’opératrice (la Bourrique ne bouge pas). Je m’isole, l’opératrice me pose un certain nombre de questions auxquelles je réponds comme je peux quand soudain tout s’arrête autour de moi.Je n’entends plus rien, je ne dis plus rien, je le vois lui. Le sanglot commence à monter. J’entends à nouveau la voix de l’opératrice qui me demande quelque chose mais aucun son ne sort de ma bouche. Je veux répondre mais mon cerveau est comme paralysé par ce souvenir et ce sanglot à venir. Faute de pouvoir ouvrir la bouche, j’ordonne mentalement à mon cerveau de ne pas laisser ce sanglot éclater. Je le supplie de me laisser me reprendre en main et lui promets d’affronter l’ennemi juré plus tard. L’opératrice continue de parler et me demande si je suis toujours là. Je ne sais pas comment, je parviens à réprimer ce sanglot et demande à l’opératrice de me reposer la question. Après quelques minutes d’échange, le médecin du SAMU m’annonce qu’aucune équipe ne se déplacera, qu’il convient d’appeler SOS Médecins car « les pompiers ne se déplacent plus pour ce genre de choses ».

Mon sang n’a fait qu’un tour. J’ai immédiatement repensé à la triste histoire de Naomi Musenga et bien sûr…à lui. Je hurle sur le médecin en lui rétorquant que je n’appellerai certainement pas SOS Médecins pour qu’il n’arrive que dans 2 heures, que la collègue est sur le point de perdre connaissance et qu’elle vomit ses tripes. « Madame je vous laisse, j’ai bien compris que vous nous laissiez seuls avec tout ça, je ne vous remercie pas ! » et clac je lui ai raccroché au nez.

slap slapping GIF

Un sentiment de doute m’envahit. Et si personne ne vient ? Je tente quand même les pompiers (sur recommandation de la Bourrique même si elle ne bouge toujours pas). J’explique de nouveau la situation et là coup de théâtre, le rideau se lève : ils envoient une équipe !

daniel bryan yes GIF by WWE

La collègue est prise en charge et envoyée à l’hôpital où elle est suivie pour son traitement. Je ne dispose pas de plus de nouvelles, j’en aurai probablement plus tard mais il semble que les pompiers soient arrivés à temps. Je ne sais pour quelle raison mais je me sens tellement coupable d’avoir appelé le SAMU en premier. Sur le moment, je n’arrêtais pas de me dire que j’avais fait perdre un temps précieux à l’enseignante. En même temps, je pense que l’accès aux soins, qui est censé être un droit fondamental au sein de notre démocratie, est de plus en plus restreint ou même quasi-inexistant. L’histoire de Naomi en est un triste exemple. Et combien d’autres encore ? Cela vous est sûrement déjà arrivé à vous aussi ? Je me souviens il y a trois mois avoir souffert d’une grosse otite. L’hôpital ne prenait aucune urgence ORL, le généraliste était en vacances, SOS Médecins ne pouvait pas venir… J’ai fini aux urgences à attendre pendant près de cinq heures qu’un médecin vienne m’examiner alors que ce n’était qu’une otite et que je n’avais besoin que de gouttes antibiotiques. Un petit bobo très banal en somme mais dont le traitement n’est fourni que sur ordonnance… Heureusement l’otite a été prise à temps. Et si… ?

Le principal c’est que j’ai su réagir rapidement et correctement et que la collègue aille mieux. J’ai de plus en plus envie de quitter cet endroit. Trop de péripéties et d’évènements douloureux de ce genre (ma collègue infirmière ébouillantée au deuxième degré !) en trois ans, c’est trop pour moi. Rassurez-vous, en rentrant du travail je me chamaillais et rigolais avec ma moitié de cœur comme si de rien n’était mais il reste encore un problème… Le sanglot, et si il revenait ?

balloons-892806_960_720

 

Publicités

25 commentaires sur “Secret n° 16

  1. Récit très poignant … J’ai cru que tu allais nous annoncer une mauvaise nouvelle à un moment donné :/ Mais heureusement que tout fini bien tout de même !

    Personnellement, je n’appellerai plus le SAMU … Ils m’ont fait tourner en bourrique (lol) à Noël alors que ma fille de 9 mois avait une grippe … Je ne trouve pas qu’ils aident. Enfin, c’est un sentiment personnel.

    Pourquoi se sanglot tu le contiens ? Et s’il revenait, que ferait-il ?

    Douce journée à toi,
    Lili ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Je t’avoue que sur le moment, j’ai vraiment cru que ça allait mal finir… J’ai eu des nouvelles de l’enseignante ce matin qui va un peu mieux et a pu rentrer chez elle hier soir après avoir passé moult tests. L’essentiel est qu’elle aille mieux, je suis soulagée.
      Je te remercie pour ton retour sur ton appel avec le SAMU. Même si nos expériences sont malheureuses, je pense qu’il est primordial de parler de ce sujet qui est un vrai sujet de société. Je suis entièrement d’accord avec toi, le SAMU fait un gros tri parce qu’ils reçoivent beaucoup d’appels et ne dispose pas assez de médecins disponibles. Je préfère me dire ça plutôt que de me dire qu’ils sont antipathiques…
      Je retiens le sanglot uniquement dans des situations comme celles que j’évoque. Je devais le faire car cette prof comptait sur moi. Pas facile mais j’y suis arrivée. Le sanglot refera surface et si je le laisse gagner eh bien…je retomberai au fond du gouffre pour ensuite en ressortir. Le principal est de toujours remonter. Mais je parlerai de tout cela plus tard 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Nina,

        C’est positif que cette enseignante aille mieux 🙂
        Tu as fait les bons choix, tu vois ?! 😉

        Concernant le SAMU, oui c’est assez bizarre leur fonctionnement … Mais bon … que dire de plus :p Ils peuvent aider parfois 😉

        Tu sais, parfois, le sanglot n’est pas que négatif … Il permet de libérer certaines choses qui sont enfouies au font de nous. Et le libérer permet de SE libérer ! Alors, si la situation fait que tu en as besoin ne le dissimule pas (enfin, après je comprends qu’à ton travail tu le fasses bien sûr 😉 ).

        Douce journée à toi,
        Hâte de lire la suite 😉
        Lili ❤

        J'aime

      2. C’est marrant que je tombe sur ton commentaire seulement ce soir car ce fameux ennemi-sanglot je l’ai laissé me battre mercredi soir en regardant un film… J’ai très bien dormi 🙂
        Un grand merci pour ton soutien ! ❤

        Aimé par 1 personne

  2. Bravo pour ton sang-froid et ta gestion de cette situation difficile.

    Je rejoins le commentaire de Lili, ce sanglot, tu n’es pas (pas toujours) obligée de le retenir. Il est la marque de ton humanité et de ton empathie, et surtout de ton histoire.

    Et ton texte est très beau !

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire Ell ! Tes mots me touchent beaucoup 🙂
      Je sais que je ne dois pas réprimer l’ennemi-sanglot de façon systématique mais je le devais dans la situation que je décris. Cela a été dur mais j’y suis parvenue. J’ai eu des nouvelles de la collègue qui va un peu mieux mais qui doit rester alitée. Elle a pu quitter l’hôpital hier soir et rentrer chez elle avec sa famille 🙂

      J'aime

  3. Très intense ce récit ! Tu as bien sur garder ton calme, bravo. Je ne sais pas si j’aurai su gérer cette situation aussi bien ! J’espère que l’enseignante va bien ! Bravo encore. A bientôt !

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton soutien ! L’enseignante va un peu mieux, elle a pu rentrer chez elle le soir-même mais doit garder le lit pendant quelques jours. Elle a eu très peur…

      J'aime

  4. Article dur, mais tu as eu le réflexe de n’importe qui en appelant le samu. C’est humain. Et en effet de plus en plus dur de voir arriver les secours grâce a eux. J’ai eu qq déboires avec un de mes enfants, j’ai eu beau leur expliquer qu’en 4 enfants, je n’avais jamais appelé, et que si j’étais en ligne c’est qu’il y avait un réel problème. Ils n’ont jamais rien voulu savoir. Je me suis debrouillée toute seule. En revanche je suis frustrée, je ne sais pas qui est «lui» ? Peux tu me diriger ?

    J'aime

    1. Je pense que le SAMU, contrairement aux pompiers, font un gros tri lorsqu’ils reçoivent des appels… Ils en reçoivent tellement sur une journée que lorsqu’on leur dit que si on les appelle c’est parce que c’est sérieux, eux prennent du recul sur la « gravité » de la situation. D’où certains dénouements malheureux et parfois même fatals… Je ne peux en dire plus sur « lui » pour le moment. Cela viendra…:)

      J'aime

  5. Quel récit touchant… tu as eu les bons réflexes bravo car ce n’est pas évident.
    Grâce à ton sang froid tout s’est bien terminé pour ta collègue.
    Quant au sanglot j’espère que tu trouveras la solution pour gérer cette émotion…
    Bonne journée

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire ! Mon histoire personnelle est tellement chargée que je commence à être rodée pour gérer les situations d’urgence… Triste mais les épreuves de la vie forgent le caractère et nous permettent de prendre du recul sur les évènements.

      J'aime

    1. Oui je suis tout à fait d’accord ! Ou alors il va falloir que nous soyons tous médecins pour être soignés. Je ne pense pas que cela s’améliorera en plus…

      J'aime

  6. Je suis impressionnée par ton sang-froid et par ta maîtrise de la situation. J’espère que ta collègue va mieux. Je ne pense pas que tu dois te sentir coupable d’avoir appelé le SAMU en premier lieu. C’est ce qu’on nous a toujours dit… Il y a un sérieux problème en France à ce sujet.

    Tu ne devrais pas retenir ce sanglot. Ça risque d’empirer. En tout cas, je pense à toi et je te souhaite bien du courage.

    J'aime

    1. Merci pour ton soutien ! L’enseignante va un peu mieux, elle est alitée mais auprès de sa famille. La crise était plus sévère que les précédentes, on a tous eu très peur et même elle. Le principal est que cela s’est bien terminé.

      J'aime

  7. Mais quelle plume ! Tu m’as tenue en haleine jusqu’au bout de ton article, quel dommage que ce n’ait pas été une fiction…
    Concernant le SAMU, je suis vraiment étonnée parce que j’ai fait la formation SST et ils disent d’appeler le SAMU et en fonction, c’est lui qui prévient les pompiers ou qui se déplacent directement.
    Pour ton amie enseignante, heureusement qu’il y a eu plus de peur que mal !
    Je pense que tu devrais profiter de cette expérience pour demander une formation SST (ça prend 2 jours), tu as déjà les bons gestes mais ça aide à se maîtriser dans ce genre de situation.

    Bon courage pour cet été,
    Je ne t’envie pas mais j’adore lire tes aventures !

    A bientôt,
    Little No’
    http://touchesdenvie.wordpress.com

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour tes compliments ! J’ai publié sur le blog une nouvelle que j’ai écrite il y a quelques années, cela pourra peut-être t’intéresser… Je ne connais pas la formation SST, je vais me renseigner. Est-ce payant ? Effectivement la maîtrise de soi est très difficile surtout lorsqu’il s’agit de quelqu’un que tu apprécies beaucoup…

      J'aime

    1. Je pense que l’on n’est jamais vraiment préparé à ce genre de situations. Pas assez de sensibilisation à ce sujet que ce soit à l’école, l’université ou au travail. Heureusement cela a été bien géré et cela s’est bien fini cette fois-ci 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s